mercredi 19 décembre 2012

Je est une autre

Je me sais ménopausée depuis à peine plus d'un an. Et l'avant me semble tellement lointain... Quand je revois des photos de mon mariage - qui a eu lieu à peine quelques semaines avant l'annonce - j'ai l'impression qu'elles datent d'il y a une vie entière. Je regarde ces deux jeunes gens, tellement heureux, rayonnants, confiants et fiers, j'ai l'impression que ces deux personnes ont disparu. C'est un délicieux souvenir, mais cela m'apparaît presque comme un conte, un photo-montage. 

Je ne suis plus la même. Je sais, tout le monde change, est formé par les événements, modifié, grandit, vieillit... mais là tout a été tellement brusque. J'ai l'impression de littéralement être "autre", parfois étrangère à moi-même et à mon nouvel univers.J'ai l'impression que je suis changée et que je ne redeviendrai jamais la fille souriante et pleine de vie dont les photos témoignent.Il y aura, pour toujours je crois, une blessure, une inquiétude latente.

Mais qu'est-ce qui a changé? 
  • j'ai peur: j'ai toujours été plutôt anxieuse, mais maintenant je vis avec une espèce de peur constante, une peur physique, que je ne connaissais pas du tout avant. J'ai toujours été assez sportive et je me suis toujours déplacée à vélo. J'adorais le vélo en milieu urbain, me faufiler entre les voitures, foncer dans les bouts droits, sentir le vent, braver le mauvais temps... Maintenant il y a des moment où je sens la peur, dans mon ventre. 
  • je suis hypocondriaque: quand je vais chez le médecin, même chez le généraliste pour une angine, j'ai peur de ce qu'il pourrait m'annoncer. Chaque petite douleur me fait peur, à la moindre émission médicale je me trouve des symptômes. Chaque jour, j'ai peur de mourir.
  • je suis ronde: j'ai pris huit kilos en une année. C'est énorme, d'autant que je mesure moins d'1m60. Mais le pire, c'est que régulièrement on me félicite pour ma grossesse. J'ai pas vraiment l'air enceinte pourtant, juste plus ronde qu'avant. Mais comme je me suis mariée et que tout le monde sait que nous voulions fonder une famille, tout le monde guette la grossesse post-mariage... j'essaie de me rassurer là. Selon la doctoresse en Espagne, ce ne sont pas les traitements qui m'ont fait grossir. Elle dit que quand on est dans ce processus on est stressé et déçu, donc on mange plus et on grossit. Je ne la crois qu'à moitié parce que dans les notices de mes médicaments la prise de poids est mentionnée parmi les effets secondaires. Enfin, la raison n'est pas vraiment ce qui compte. Le résultat c'est que je suis une grosse dondon maintenant alors qu'avant j'avais l'allure d'une post-ado sportive et dynamique. 
  • je ne fais plus de projets: d'une part il est difficile de prévoir quoi que ce soit avec les transferts, test... qui peuvent avoir lieu n'importe quand, d'autre part je n'ai plus cette impression que l'on peut décider des choses à l'avance
  • je n'ai plus de sous: plus de 5000 euros pour le cycle de FIVDO, 1500 euros pour le TEC, les médicaments, les billets d'avion, l'hôtel... tout ça non remboursé. Les FIV (DO ou pas) ne sont pas remboursées en Suisse.  Bref, je me suis mise à 80% pour prendre soin de moi et avoir plus de temps pour les voyages en Espagne, et bien l'année prochaine je repasse à 100%!
  • je suis lunatique et asociale: parfois j'arrive à être sympa, même avec les femmes enceintes même celle qui fume, qui boit et qui ne se nourrit pas, et d'autres fois je ne peux tout simplement pas les regarder dans les yeux. Alors j'évite, les soirées avec trop de monde, les repas à la cantine, les apéros de fin d'année, les sorties avec qui que ce soit d'autre que mon mari ou ma famille proche.  

Mais, comme il y a toujours quelque chose de bien à trouver:
  • j'aime mon mari: oui, je l'aimais déjà avant, mais je l'aime encore plus. Il a été génial avec moi. D'abord, il m'a gardée alors même que je le suppliais de me quitter, de changer de femme et d'en prendre une fertile. Il a toujours dit oui pour la FIVDO - même quand moi j'étais contre. Il ne lâche pas l'affaire. Jamais. Et il ne pleure pas alors que je suis sûre qu'il a mal, si mal. Il y croit toujours - même au miracle de la couette, qui n'empêche ni la FIV ni l'adoption, rien Plusieurs fois il m'a même je crois sauvé la vie, mais ça je vous le raconterai quand on se connaîtra mieux. Bref, mon mari, il est top. Mais attention il est pris!

12 commentaires:

  1. Bon, déjà, je me permets une bise au super mari que tu as (-moi aussi, j'ai maintes fois supplié mon homme de me quitter... ahhh la culpabilité... mais rien à faire... (ouf !)- !
    Ensuite, moi aussi j'ai pris (presque) 8 kgs. Et en un an... Ca la fout mal, hein ?
    Donc je comprends, je compatis... Et avec les fêtes, ça va pas s'arranger... Arfff
    Je nous souhaite bien du courage.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais ça la fout mal! Faut que je refasse ma garde-robe mais j'ose pas ça voudrait dire que je fais vraiment une taille de plus (voire deux). Y'a pas que nous hein dis?! Les fêtes, heureusement chez nous c'est deux repas, et pas à rallonge. D'ailleurs je mise sur ces deux semaines pour un régime de folie! Ouais, je me suis dit que comme j'avais pas ma dose de contraintes...

      Supprimer
    2. Non, y'a pas que nous, t'inquiète pas !
      2 semaines, ça me paraît bien pour perdre quelques kgs...
      J'espère m'y tenir...

      Supprimer
  2. Un mari en or pour une fille en or, y'a pas d'erreur, vous êtes bien fait l'un pour l'autre ! En te lisant, voila ce que j'ai en tête : La peur au ventre... C'est le cas de le dire... quand même quand on y pense... la phrase est appliquée à la lettre, et c'est l'un des pires merdiers qui peut arriver, soyons franches. En te lisant, je pense à ma moitié qui évoque le mariage religieux... on en a envie tous les 2, mais j'en suis juste incapable dans les conditions du moment... il y aurait trop de tristesse, trop de faux semblant, trop de larmes aux phrases où le mot "enfant" serait prononcé... Et ce n'est qu'un projet de plus qui s'allonge à la liste des retards...
    Pleins de courage, de bisous et de meilleurs pour 2013 ! Embrasse ton chéri aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine en effet que ce doit être dur de penser mariage en ce moment. C'est sûr que quand on se marie tout monde parle enfants et famille, j'ai de la peine à revoir la vidéo du mariage entre autre pour ça: tous ces gens si bien intentionnés qui parlent des enfants qu'on va se dépêcher de faire...
      En même temps cette évocation du mariage malgré les difficultés montre que vous résistez admirablement à cette épreuve, ça c'est quand même un très très bon signe!
      Je te souhaite un excellent Noël, bises et à bientôt sur la blogosphère.

      Supprimer
  3. Rien qu'à travers tes articles je sens bien que tu es une fille sensible et pleine d'humour, si ton chéri reste avec toi c'est "que tu le vaut bien". Et puis lorsque je perds totalement confiance en moi je me dis que finalement à nos hommes on leur offre une histoire différente et que lorsqu'on arrivera à avoir des enfants on l'appréciera bien plus que les autres couples et que toutes ces épreuves ça nous rapproche (cela fait 14 ans que je suis avec mon homme et on se marre toujours autant, nous sommes quasiment le plus vieux couple de notre entourage).
    Et puis au moins la ménopause "ça c'est fait!" On n'aura plus à s'en occuper à 50ans.
    Allez courage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups je sais pas ce que j'ai trafiqué mais mon com' est sorti deux fois...

      Supprimer
    2. C'est sûr que j'offre à mon mari une histoire "différente", mais je suis encore totalement dans la culpabilité. Impossible d'avoir ton recul pour l'instant. J'ai vraiment peur encore que cela nous sépare.

      Par contre, le coup de la ménopause "ça c'est fait" je m'en fais souvent la réflexion. Quand nos amies et collègues en parleront dans 20 ans, nous pourront prendre un air blasé de vieille routarde de la bouffée de chaleur! C'te frime!
      Bises et profite bien de Noël si tu fêtes. A bientôt

      Supprimer
  4. Pareil pour le côté asocial, même si j'essaie de me forcer pour ne pas perdre tous mes amis... Pareil pour les projets, surtout depuis que j'ai dû annuler mon voyage de 2 semaines en Crête pour une coelioscopie... Pareil pour la peur, à chaque nouvel examen. Et pareil pour le mari : le mien réagit trop bien à tout ce qui concerne nos merdes communes ! Et j'ai pris 4 kg mais je n'ai même pas l'excuse des traitements...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ben on se sent moins seule!
      J'espère qu'on prendra une revanche de folie: corps de rêve, vacances, jumeaux (je sais pas si très compatible avec le corps de rêve, mais à ce stade on s'en fichera!) et en couple encore et toujours! Allez, je mise sur 2013!


      Supprimer
  5. Je me suis retrouvée dans ce que tu écris, dans celle que j'ai été. Et que je ne suis plus (ou moins). La peur, je peux l'avoir car je suis de nature anxieuses également (j'ai retardé un rendez-vous pour un problème d'hémorroïdes, de peur d'autre chose...), le poids, je l'ai eu, trop, mais avec le moral, une nutritionniste et du sport, les choses peuvent changer (bon et hors pma bien sûr...) Et surtout j'adore la fin de ton post, car nos hommes, quand ils nous accompagnent comme ça, ça n'a tout simplement pas de prix, le mien est top aussi pour ça, et pourtant, il a passé l'âge, comme on dit, de faire des gosses, mais pour lui, il n'y a pas d'âge, et il est partant pour tout. Alors vive nos hommes et vive la vie ! Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui! dans ce marasme l'essentiel résiste et c'est une chance immense. C'est même un sacré bon test! Mes félicitations pour avoir passé le cap de la peur et du poids, et pour cet enthousiasme malgré les épreuves, faut que j'en prenne de la graine!
      Bises et bonne fin d'année.

      Supprimer