vendredi 15 février 2013

3e voyage à Barcelone

Pré-TEC

Quand je me suis levée le 11 février et que j'ai vu que la neige qui avait commencé à tomber la veille avait continué son oeuvre, je ne me suis pas trop inquiétée parce que j'avais lu un article tout à fait rassurant qui précisait bien que l'aéroport était prêt à affronter des hivers bien pires. 

J'ai donc trouvé ça terriblement beau, j'ai chaussé mes plus belles bottes de neige et suis allée me balader, émerveillée.

Quand je regarde cette photo je me
 dis que j'aurais quand même 
dû me douter que ça allait mal tourner!

De temps en temps, j'allais quand même sur le site de l'aéroport et à un moment un cadre rouge est apparu à l'écran: en raison du retard pris le matin pour déneiger le tarmac (3 heures), certains vols ne partaient pas, il fallait consulter notre compagnie d'aviation. Quand ta compagnie d'aviation est une compagnie lowcost, cette même compagnie qui t'a fait rentrer de Berlin en 36 heures... tu commences à t'inquiéter, quand même. Mais nous étions chanceux: notre vol était toujours annoncé. 

On est quand même partis relativement tôt de la maison parce que les bus étaient aussi perturbés. J'ai bravement porté ma valise à bouts de bras en enjambant le montagnes de neige qui nous séparaient de l'arrêt de bus et ai attendu patiemment, les pieds mouillés mais pleine d'espoir quand même. 

La clinique a appelé pour me demander si c'était toujours bon pour le TEC du lendemain, s'ils pouvaient bien procéder à la décongélation. J'ai dis oui, parce que j'y croyais moi à ce vol! Un bus est arrivé, on est partis. Tout allait plutôt pas mal.  

Alors qu'on était en route on a reçu un SMS de la compagnie qui nous annonçait l'annulation du vol. Heureusement mon mari a pu réserver un vol pour le soir, mais rien n'était certain encore quant à son départ. Là, je me suis mise à pleurer, j'avoue. Je ne savais pas s'il fallait appeler la clinique pour retarder la décongélation mais mon mari était sûr qu'on y arriverait: au pire, on aurait pris la voiture. 

On est rentrés à la maison et j'ai pleurniché devant "Toute une histoire" en écoutant des témoignages de parents qui avaient perdu un enfant. Ambiance. 

Finalement donc nous sommes repartis pour l'aéroport et la dame nous a dit que s'il ne se remettait pas à neiger, on partirait. On a mangé un morceau et acheté des revues. Quand on est arrivés à la porte d'embarquement, il y avait une splendide baie vitrée et derrière: la NEIGE qui tombait à nouveau à gros flocons! Bref, on a quand même embarqué, on est arrivés tard mais à temps! 

TEC 

Cette fois, j'ai moins bu (moins d'un litre) et nous sommes allés à la clinique en taxi. Je suis donc arrivée dans un bien meilleur état que la dernière fois. Je pensais boire encore un peu dans la salle d'attente (équipée d'une machine à café et d'une fontaine à eau).
Assez vite une infirmière est venue nous chercher, on a laissé nos cafés fumants et elle nous a menés dans la petite pièce où tu te prépares avant les transferts et où tu te reposes après

 
On a enfilé chaussons, tenues et charlottes et on a attendu qu'on vienne nous en dire plus. En même temps, on était déjà bien rassurés parce qu'on se disait qu'ils ne nous auraient pas fait mettre la tenue si la décongélation avait foiré. 

Le biologiste et la traductrice sont venus nous exposer la situation: les trois embryons avaient supporté la décongélation (100% bordel!). Ils étaient tous les trois aptes à s'implanter (théoriquement). Alors on a réfléchi un peu: au départ on ne voulait pas dépasser les deux embryons par tentative. Mais recongeler l'un des trois signifiait aussi qu'on pouvait le perdre... Au mieux on serait revenus pour transférer un seul embryon, et comme ça a déjà raté avec deux... J'ai demandé les chiffres: la biologiste a dit qu'en cas de réussite de l'implantation, la probabilité d'avoir trois bébés était de 5%. Finalement, on a décidé de tenter et de transférer les trois. 

Ensuite on a rejoint la salle pour le TEC avec l'infirmière. Le médecin s'est présenté et je me suis installée. Pendant tout le temps du transfert il me disait: "vous voyez madame, regardez, vous voyez, c'est très djoli..." et ensuite avec mon mari on s'est bien marrés en pensant que c'était surement le genre à répéter: "tu la sens, hein, tu la sens" quand il fait des bébés l'amour. A part ça, je l'ai trouvé assez touchant et vraiment gentil. Très préoccupé de moi, de comment je me sentais... 
 
Post-TEC 

On a pu retourner ensuite dans la petite salle et j'ai pu faire pipi (c'est donc le 2e médecin qui m'y autorise et je peux donc assurer que oui, on peut aller aux toilettes après un transfert). Je me suis installée sur le fauteuil et j'ai écouté le CD d'hypnose. Après environ une demi-heure, on a pris un taxi et on est rentrés larver à l'hôtel. 

Ensuite, 24h de repos complet, comme recommandé par le docteur. Ensuite on a quand même à nouveau profité de Barcelone mais un peu au ralenti quand même. Quelques balades, achats, bons repas... pas d'ascension de la cathédrale ou autres exploits touristiques. J'ai adoré Barceloneta.

Un équilibre précaire qui symbolise un peu mon état du moment.


Après, et bien il a fallu rentrer...
Petite altercation avec une hôtesse de notre compagnie d'aviation adorée qui voulait que je mette mon bagage en soute. Je ne voulais pas car j'avais les médicaments dedans et avais trop peur que la valise se perde. Je me suis accrochée à ma valise avec une énergie folle et tout à coup suis devenue quasiment bilingue pour parlementer: et elle n'a pas pris ma valise. Faut pas m'emmerder quand je reviens de mon TEC! 


Voilà, c'était notre troisième voyage, je reviens avec trois raisons supplémentaires d'espérer, j'espère avoir gagné en zénitude et affronter les résultats plus sereinement que la dernière fois.  

12 commentaires:

  1. Yeepeeeee ! Trois ?! Trois ?! Mais c'est génial !!! Merci pour ton récit et tes superbes photos (je ne parle pas de celle du fauteuil, hein). Quelle aventure et je veux qu'elle ait une fin heureuse alors bon dieu de bon dieu il faut que ça marche ! Je te souhaite beaucoup de sérénité et je croise les doigts bien sûr.

    RépondreSupprimer
  2. Trois ?! Trois ?! Mais c'est génial !!!! Quelle aventure et je veux qu'elle ait une fin heureuse alors il faut que ça marche ! Merci pour ton récit et tes superbes photos (je ne parle pas de celle du fauteuil, hein). Je te souhaite beaucoup de sérénité et je croise les doigts bien sûr.

    RépondreSupprimer
  3. Oups, mon message apparaît deux fois en un peu modifié parce que j'ai cru que ça avait raté la première fois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca m'arrive aussi! Je veux aussi très fort que nos aventures respectives aient une fin heureuse et je croise pour toutes les deux. D'ailleurs je m'en vais de ce pas prendre quelques nouvelles de ton côté. Biz

      Supprimer
  4. Mmmm c'est bien parti tout ça!
    Je croise les doigts pour un joli plus très bientôt.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, tous ces doigts croisés... à la fin ça devrait donner le tour non?!

      Supprimer
  5. Oh la la Marie, mais que lis-je ??????????
    3, trois, tres, three, üç, drei, ba !!! Oh la la, la la !!!
    C'est super !!! Vous avez bien fait de ne pas recongeler le 3ème. j'aurais fait pareil !
    Si cette fois ça ne "prend" pas... euh... comment dire... non, c'est pas possible !
    Ca va marcher, j'y crois à fond !!!
    Yesssssss ! Vive le DIO !!! Je l'ai toujours dit, vive le DO !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais! TROIS! C'est énorme en fait! C'est le maximum qu'ils peuvent transférer. On avait trop peur de tenter la recongélation, et puis même s'ils le recongelaient, revenir dans deux mois pour apprendre sur place que la décongélation n'aurait pas marché... un risque que nous ne voulions pas courir.
      Je crois au DO mais j'ai un peu de peine à croire en moi, je dois t'avouer... donc je suis très sceptique quant au résultat malgré le nombre.

      Supprimer
  6. Que de péripéties ma pauvre Marie ! (parce que ça n'arrive pas tous les jours des avions qui décollent pas !) Et bien moi je n'ai pas décollé de ton blog en attendant de tes nouvelles... et maintenant j'implore les Dieux Barcelonais (si si, pour Lueur j'ai imploré les Dieux Grecs et ça a marché !) pour que tes petits flocons se transforment en petits bébés bien chauds. Reposes toi bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est bien la peine de se taper le CD d'hypnose en boucle si c'est pour perdre les pédales à l'aéroport! 3... 2... 1... se détendre;) Quant aux Dieux Barcelonais, leur réputation n'est pas au niveau des Dieux Grecs, mais qui sait?! J'adore l'idée des flocons, c'est d'ailleurs le nom que je vais leur donner dès maintenant. En espérant qu'ils tiennent aussi bien que la neige qui recouvre encore toute la ville. A très bientôt

      Supprimer
  7. Rien que de voir le fauteuil de la clinique les souvenirs ressurgissent et le stress monte.
    Bon je dois t'avouer que maintenant tu me fais douter car je ne sais plus combien transférer d'embryons je m'étais dit 2 pas plus, mais c'est vrai que ça fait ch....d'en laisser un tout seul et de tout re-payer pour un embryon. En même temps je me fais peut être des gros films et aucun de mes embryons ne résistera à la décongélation. Et puis je ne savais pas qu'on pouvait recongeler un embryon (c'est pas comme la viande ????).
    Bon en tout cas je croise bien fort pour qu'au moins un de tes trois embryons s'accroche. Donne nous des nouvelles même si je sais que cette période d'attente est vraiment terrible. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non non ne stresse pas! Pour le nombre, tu verras avec le biologiste qui saura te conseiller bien mieux que moi. Et oui, on peut les recongeler si entre temps ils reprennent leur croissance, j'ai eu un peu peur de passer pour une cinglée quand j'ai posé la question mais en fait tu vois c'était pas si con! La période terrible a bien commencé je dois avouer, je suis totalement insupportable et la détente barcelonaise me semble déjà très loin...
      J'espère avoir toutefois une bonne nouvelle à t'annoncer avant que tu ne partes pour ton propre TEC;)

      Supprimer