mardi 15 janvier 2013

J'ai arrêté la pilule

Eh oui, encore! Je devais la reprendre pour pouvoir planifier le cycle. J'ai pris la dernière hier et avec tous les articles pourris que je lis sur la pilule en ce moment je ne suis pas mécontente. Pas mécontente non plus parce que ça veut dire quand même que, jour après jour, on approche du TEC

Rien de nouveau sous le soleil la neige donc: le temps qui passe, les angoisses le soir en posant la tête sur l'oreiller (c'est toujours à ce moment-là que j'ai le temps de penser à tout ce qui me fait flipper), les espoirs et les projets quand j'ai la pêche... les montagnes russes. Des bébés plein la tête, toujours. 

En ce moment on a du boulot par dessus la tête: la fin du semestre est chargée en conseils de classe, réunions... et ça, pour ceux qui ont des enfants, c'est dur. Oui, je dis bien pour ceux qui ont des enfants, parce que nous, les infertiles, on a rien à foutre de nos journées, c'est bien connu. On devrait être reconnaissants de toutes ces occupations palpitantes qui nous permettent de meubler un peu ce vide immense qu'est notre planning. 

Deux jours de conseils de classe, ce sont deux jours où les parents t'expliquent combien leur vie est compliquée: faut faire garder les enfants, on ne peut pas rentrer à midi... Et toi t'as juste envie de leur déballer ton histoire de FIV et même de FIV DO, d'infertilité et de caryotype inquiétant, d'utrogestan qui coule, de patches qu'il ne faut pas oublier de changer, de piqûres qui font mal au cul et te ménopausent alors que justement, ménopausée, tu l'es, et tu vas pas l'oublier de sitôt... ton histoire de fille de FIV qui pleure tous les soirs un petit moment avant de s'endormir. Bref, faire un scandale pathétique en salle des maîtres! A éviter, vraiment, à éviter. Respirer, vraiment, respirer. 

Et te projeter: peut-être que tu seras l'an prochain dans la même salle des maîtres et tu pourras râler parce que les jumeaux (ben oui, quitte à rêver) te manqueront et que t'auras dû tirer ton lait avant de partir... Peut-être même que tu gonfleras à mort la collègue infertile qui t'entendra d'une oreille pas distraite du tout... ou bien tu te rappelleras tout ça, tout ce qui est venu avant et tu te la coinceras. Peut-être. Peut-être aussi que t'en seras toujours au même point, dans l'attente, entre un TEC et un transfert...

Bref, pendant les conseils, tu parles des enfants des autres, avec des collègues parents et grands-parents qui à la pause te font même voir les photos du dernier sur leur portable. C'est top! Mais tu supportes, parce que ta vie à toi, elle est tellement simple qu'elle en est presque chiante, à force, vu que t'as même pas de système de garde à organiser. Ben oui, c'est tellement simple. 

Bref, et cette fois j'arrête promis, t'as envie de râler aujourd'hui, même si tu sais qu'il y a toujours pire et que finalement, t'es pour l'instant en bonne santé, t'as le temps de faire plein de FIV, un mari, un chien, un bel appartement et même quelques fiveuses qui te lisent et qui te rappellent que t'es pas la seule à avoir cette vie-là. Ca change rien, mais ça change tout.



12 commentaires:

  1. Mes collègues de boulot sont toutes mères. 3 d'entre elles (sur 5) ont des problèmes avec leurs enfants qui sont soit de jeunes adultes soit des ados. Elles se plaignent sans arrêt (au moins une fois par jour) de leurs situations compliquées et font des réflexions du style : "ah bienheureux les couples sans enfant !" ou encore "faut pas faire d'enfant hein avec ce qu'ils vous rendent" ou encore "et dire que j'ai pleuré pour en avoir" (une d'entre elles en a adopté 2). Un jour, (moi qui écoute toujours sans ne rien pouvoir dire vu que je suis bien loin de leurs préoccupations)j'ai fini par leur dire "et bien moi j'aimerai bien être à votre place, je serai prête à supporter l'ensemble de vos soucis à toutes si seulement j'avais la chance d'avoir la chance que vous avez (bon je me suis peut-être un peu surestimée mais ça m'a fait du bien de cracher le morceau !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, l'herbe est toujours plus verte... Il me semble que je me souviendrai toujours de ce qui nous est arrivé AVANT et que ça changera ma façon d'être mère (si ça arrive). Mais est-ce vraiment le cas? Peut-être qu'on finit toutes par oublier et par râler comme les autres, je ne sais pas. En tous les cas, pour l'instant, c'est sûr qu'entendre ces plaintes-là, c'est un peu dur et je vais bien finir par cracher le morceau comme toi!

      Supprimer
  2. Coucou,
    Je permets de raconter une petite anecdote de mon travail. Avec ma classe de CM2 nous étudions actuellement la reproduction (sujet que je n'ai pas besoin de potasser je suis imbattable et je crois que les élèves s'en sont bien rendus compte puisqu'ils ne tarissent pas de questions en tous genres), alors que nous "échangions" sur le sujet, une élève lève le doigt et demande "il paraît qu'il y a des gens qui ne peuvent pas avoir d'enfants, c'est vrai maîtresse ?" et moi de répondre la gorge un peu nouée "Oui il paraît...".
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello!
      T'es mon héroïne: enseigner la reproduction, wouah! Mais dis, tu crois que c'est vraiment vrai? Y'en a qui ne peuvent pas avoir d'enfants?! Pas nous en tout cas ;)du moins, on y travaille...
      Et au passage, tu ne voudrais pas faire ton coming out et ouvrir ton blog?! je serais ta première lectrice;)

      Supprimer
    2. J'y pense j'y pense, ça me ferait un bien fou d'écrire j'en suis sûre...
      Sinon, j'ai la date de mon TEC je te suis de très près : 28 février.
      On croise nos doigts...

      Supprimer
    3. Mais alors?! On t'attend!
      C'est cool pour le TEC, quand tu feras le tien j'aurai eu les résultats du mien, et je croise pour qu'ils soient encourageants...

      Supprimer
  3. Pour commencer, je te souhaite bien entendu la plus belle des réussites tu t'en doutes.
    Ensuite, j'ai parcouru ton blog avec avidité je l'avoue, et j'ai même envie de partager quelques morceaux avec des personnes proches afin qu'elles comprennent un peu "notre vie" même si elles partagent parfois nos doutes et nos souffrances et pour d'autres parce qu'elles sont simplement et tout simplement connes.
    Nous allons nous aussi avec mon mari partir dans quelques jours ou semaines pour un transfert en Espagne. Notre nouvelle et dernière aventure car j'ai déjà eu 4 icsi en France.J'espère qu'enfin nous aurons la chance d'être parents et je suis sûre que nous serons les meilleurs parents du monde. (Il faut au moins ça!)
    J'aime beaucoup ton résumé sur le jour J (transfert) cela m'a donné une petite idée de la chose.
    Pour finir, je suis tombée par hasard sur ton blog, félicitation tu as les mots, tu as nos mots...
    Bonne chance pour ce 12 février
    Sophie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tous ces compliments! Je suis ravie que le blog puisse servir à poser non seulement mes mots et mon expérience mais parfois aussi les mots des autres puisque nos expériences sont parfois si proches.
      J'espère que ton transfert en Espagne se passera bien et qu'il te donnera l'occasion de révéler la meilleure maman du monde qui sommeille en toi! Si je peux me permettre, pourquoi serait-ce votre dernière aventure? Ca doit te mettre une pression énorme de te dire ça non? Au plaisir de te croiser encore par ici... Bises, Marie

      Supprimer
  4. Je comprends, et tu as le droit certains jours de ne pas avoir le moral, d'avoir envie de tuer tout le monde et de t'enfermer dans ta bulle en attendant ton TEC. Prends soin de toi, et vivement le TEC!! je croise déjà pour toi. gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MERCI! Cette compréhension-là est tout simplement salutaire! Je suis touchée par ton post d'aujourd'hui: un tellement beau titre, déjà... je suis heureuse que tes pas te mènent à bon port. Biz

      Supprimer
  5. J'aime bien tes articles Marie, ils sont très forts, très imagés, bien tournés et tout, et en même temps, ils m'intimident. Je ne sais pas pourquoi, je ne sais jamais quoi te dire. J'ai toujours l'impression que je ne vais pas être dans le bon ton ou tout du moins ton ton (ça en fait des ton), du coup, j'ose pas. C'est bête hein. Mais bon, c'est dit. Et j'ajoute que ça n'enlève rien à toute la très forte sympathie que tu m'inspires ! ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces compliments;) par contre je ne vois pas du tout du tout ce qui me rendrait intimidante!
      Je ne m'attends pas systématiquement à des commentaires, rassure-toi, ça me fait déjà vraiment plaisir que tu me lises, un petit signe de temps en temps et je serai ravie! On n'a pas forcément quelque chose à dire pour tous les posts des autres... Quant à la sympathie, elle est tout à fait réciproque;) bises et à bientôt.

      Supprimer